L'amant sauvage

Publié le par Bernard Bel

Elle écrit sur ma peau :
A person who has untangled Skeleton Woman knows patience, knows better how to wait. He is not shocked or afraid of spareness. He is not overwhelmed by fruition. His needs to attain, to “have right now,” are transformed into a finer craft of finding all facets of relationship, observing how cycles of relationship work together. He is not afraid to relate to the beauty of fierceness, the beauty of the unknown, the beauty of the not-beautiful. And in learning and working at all these, he becomes the quintessential wild lover.
[…]
Sometimes there are no words to help one’s courage. Sometimes you just have to jump. There has to be at some point in a man’s life a time when he will trust where love takes him, where he fears more being trapped in some dry cracked riverbed of a psyche than being out in lush but unchartered territory. When a life is too controlled, there becomes less and less life to control.
In this stage of innocence, the fisherman returns to being a young soul, for in his sleep he is unscarred, and there is no memory of what he was yesterday or before.


Celui qui a désenchevêtré la Femme Squelette sait ce qu’est la patience, il sait attendre. La maigreur d'une récolte ne l’effraie pas, pas plus qu’il n’est submergé par une production généreuse. Son besoin d’« avoir tout, tout de suite » se change en un art beaucoup plus subtil : il découvre toutes les facettes d’une relation, observe l’articulation de ses cycles. Il ne redoute pas de nouer des liens avec la beauté de la férocité, la beauté de l’inconnu, la beauté du pas-beau. Et par là même, il devient l’amant sauvage quintessentiel.
[…]
Parfois, les mots sont impuissants à vous donner courage. Il faut sauter le pas. Dans la vie d’un homme vient toujours le moment où il devra avoir confiance et suivre l’amour là où il le conduit, où il craindra plus d’être prisonnier dans le lit desséché de la psyché que de s’engager en territoire inconnu mais luxuriant. Quand un contrôle excessif s’exerce sur la vie, il y a de moins en moins de vie à contrôler.
Dans cet état d’innocence, le pêcheur redevient une jeune âme. En dormant, ses cicatrices sont effacées, aucun souvenir de ce qu’il était hier ne demeure.

Clarissa Pinkola Estés. Femmes qui courent avec les loups. Histoires et mythes de la Femme sauvage. Grasset, 1995, chap. 5, La Femme Squelette.

Publié dans LECTURES

Commenter cet article