Les dieux

Publié le 30 Octobre 2005

Nous descendons le chemin abrupt vers la calanque de Sugiton. A., notre vieil ami JC, et la petite chienne qui trotte à nos côtés. Plaisir des jambes, plaisir des yeux, amitié fraternelle, le paysage est grandiose…

Plusieurs fois je vois des gens qui trébuchent, glissent sur un rocher ou une pierre roulante, et me font froid dans le dos. Je regarde aussi des jeunes qui escaladent les falaises friables. Froid. Sur le retour, un hélicoptère de la Sécurité civile s’est posé, et des gens parlent de « quelqu’un qui ne peut pas redescendre ». Cela me rappelle un rêve que j’avais essayé d’oublier, la semaine dernière. J’étais avec un petit groupe de personnes qui rendait visite à quelqu’un. Mais le sentier menant à la maison était très escarpé, il fallait monter des marches, franchir des rochers, marcher sur un terrain en pente. Une vieille dame avec un manteau beige clair et un sac à main est tombée : je l’ai vue rouler sans bruit puis disparaître dans un à-pic. Les gens les plus en bas se sont précipités pour la secourir.

Nous sommes assis sur un haut promontoire face à la mer. A droite, Sugiton, à gauche la Calanque des Pierres tombées, rocailleuse et difficile d’accès, avec du monde car le soleil est magnifique. On s’y baigne nu ou habillé, il y en a pour tous les goûts. Le paradis terrestre est à portée d’oiseau ; d’ailleurs les mouettes s’en donnent à cœur joie.

Un jeune couple est venu s’asseoir devant nous, encore plus près de la falaise. Ils sont beaux comme des dieux, chaussés d’Adidas et vêtus de synthétique. Lui, grand, visage allongé aux cheveux très noirs. Elle, l’allure d’une très jeune Marocaine, lèvres merveilleusement dessinées, regard brillant, buste de modèle, de fines chevilles très blanches. Elle s’est assise devant lui, il la serre dans ses bras, elle lui tend ses lèvres, ses cheveux bouclés lui battent le visage. Au début, j’aimerais être lui. Puis je me tourne vers mes sensations : les caresses du vent, de la mer, le romarin fleuri qui m’a rendu fou, les voluptueuses courbatures, mon cœur plein du bonheur de vivre. J’ai envie d’être moi et de les laisser être eux.

Ils se lèvent pour partir. La déesse passe devant nous, les perles de ses seins érigées sous le tee-shirt. Il y a vraiment de bons moments dans une journée d’automne.

Rédigé par Bernard Bel

Publié dans #CENSURÉ

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article